La caméra Furbo : un must have ?

Article publicitaire
Depuis maintenant plus d’un an, j’utilise une Furbo, c’est donc tout naturellement que j’ai accepté de vous en parler quand la marque m’a contacté il y a peu. Cet article va me permettre dans un premier temps de vous présenter la caméra et ses différentes fonctionnalités et dans un second temps de vous expliquer en quoi cet outil m’a été grandement utile.

 

Une Furbo, c’est quoi ?

Furbo est une caméra qui a été conçue en collaboration avec des éducateurs professionnels et des vétérinaires. Elle permet aux humains de rester « en contact » avec leurs chiens pendant leur absence. En aucun cas ce n’est un outil qui a pour but de remplacer la présence humaine, mais plutôt de pouvoir garder un œil sur son chien et de pouvoir continuer à interagir avec lui, même lorsqu’on est obligé de s’absenter.

 

Comment ça fonctionne ?

Pour pouvoir utiliser cette caméra, il suffit de la brancher et de la connecter au wifi de la maison. En parallèle, on a besoin d’installer l’application sur notre téléphone portable. C’est grâce à celle-ci qu’on aura ensuite la possibilité de visualiser, en live, notre chien depuis n’importe où.

Cette caméra possède une vision nocturne qui permet de garder un œil sur son chien de jour comme de nuit. La caméra filme en HD avec un angle de 160°, la vision est donc très large et nous permet d’observer l’ensemble d’une pièce. Via l’application, on peut diminuer la qualité de la caméra dans les lieux ou la connexion internet est plus faible.

Mais la Furbo n’est pas une simple caméra, puisqu’elle possède d’autres fonctionnalités qui peuvent être très intéressantes et notamment la fonction micro/haut-parleur qui permet à la fois de parler à notre chien, mais aussi d’entendre ce qui se passe dans la pièce où il se trouve. On peut facilement interagir avec notre chien ou écouter s’il fait du bruit, aboie… D’ailleurs la caméra possède aussi un détecteur d’aboiements. Si notre chien aboie lorsque nous ne sommes pas connectés à l’application, on reçoit directement une notification qui nous informe. On peut donc avoir une idée de quand et pendant combien de temps notre chien aboie lorsque l’on est absent. C’est pour moi, le gros plus de cette caméra, mais vous allez découvrir tout ça plus bas, lorsque je vous expliquerai mon cas.

Autre fonctionnalité de cette caméra, elle possède un lanceur de friandise qui va nous permettre de récompenser à distance notre chien. Il y a un petit « clic » qui s’effectue avant chaque lancée pour le prévenir qu’une friandise arrive et/ou pour marquer un comportement. 3 pieds adhésifs permettent de sécuriser la caméra et d’éviter que notre chien ne la fasse tomber et se serve lui-même quelques friandises.

La caméra possède aussi une lumière qui indique une information selon la couleur. Lorsque vous allumez la caméra via votre téléphone, la lumière devient bleue, sinon la lumière est jaune. Ce sont deux couleurs que les chiens sont capables de voir et de reconnaitre, le changement de couleur pourra donc attirer l’attention de notre chien.

Et petit plus non négligeable, vous pouvez prendre en photo ou enregistrer une vidéo du live afin de garder des souvenirs ou pour pouvoir analyser un comportement.

La Furbo est donc une caméra polyvalente qui nous permet à la fois d’observer, mais aussi d’interagir avec notre chien, à distance. Elle va aussi nous prévenir au moindre aboiement et va nous permettre de récompenser certains comportements.

 

Comment m’a-t-elle aidé ?

Depuis un an, je ne peux tout simplement plus m’en passer ! Cette caméra m’a été d’une grande aide dans la gestion des aboiements de Bodza. Ce n’est un secret pour personne, ma petite Bo est de nature aboyeuse, et un rien peu la déclencher. Les premières semaines et les premiers mois de son arrivée, tout se passait à merveille pendant mes absences, j’avais demandé à mes voisins et personne ne s’en plaignait. J’avais donc simplement conclu que tout se passait bien et j’en étais restée là.

Mais au bout de quelques mois, tout s’est accéléré, j’ai commencé à avoir des plaintes d’une voisine. J’ai donc essayé de mettre en place plusieurs solutions, j’ai changé la configuration pendant mes absences, j’ai augmenté la durée de la balade du matin pour qu’elle soit plus fatiguée, j’ai mis plus de kongs pour l’occuper… Mais rien n’y faisait. Ça devenait de plus en plus urgent, chaque jour ma voisine se plaignait et me menaçait d’appeler l’agence, la police ou encore la SPA. Je passais à peine la porte du couloir en rentrant du travail, qu’elle était là, à m’attendre. C’était une période très stressante.

Il fallait absolument que je puisse filmer, que je puisse observer son comportement pour comprendre ce qui la déclenchait. J’ai donc commencé par installer ma GoPro et mon appareil photo. Mais aucune de mes caméras ne me permettait pas de filmer plus d’une heure et pendant cette première heure, je n’avais que rarement des aboiements. D’après ma voisine, elle commençait à aboyer environ une heure après mon départ. Je devais donc trouver une solution pour pouvoir l’observer en journée. Au début, j’avais trouvé une solution transitoire, seulement je ne pouvais l’observer que quelques minutes sur toute une journée de travail et je tombais toujours sur des périodes de calme.

Une amie m’a donc proposé son aide pour l’observer plus longtemps et grâce à elle, on a pu mieux comprendre son comportement. Je ne la remercierai jamais assez pour ça ! On a pu observer que la majorité de ses aboiements se produisaient lorsqu’elle observait par la fenêtre. Que c’était très variable selon les jours, certains jours elle n’aboyait quasiment pas et d’autres c’était invivable. Parfois elle semblait aussi aboyer dans le vide. J’ai donc continué à lui proposer des occupations en journée avec des jouets fourrés, mais surtout, j’ai installé un brise vue sur mes fenêtres. Et ça a énormément aidé ! Elle a commencé à beaucoup moins aboyer. Mais ce n’était pas encore parfait et je ne pouvais pas abuser de la gentillesse de mon amie. Il fallait que je trouve une solution pour pouvoir être informé des aboiements de Bodza, Furbo m’a semblé être le meilleur choix, et je ne l’ai pas regretté. Sauf peut-être le fait que je n’ai pas investi un peu plus tôt.

Grâce à ma Furbo, j’ai pu être plus autonome, savoir quand et combien de temps Bodza aboyait. Je pouvais me défendre auprès de mon agence, leur expliquer qu’il y avait des progrès, que ce n’était pas encore parfait, mais que c’était positif. Heureusement mon agence était très compréhensive et voyait bien les efforts que je faisais. Au fur et à mesure, Bodza s’est calmée et maintenant tout ça est derrière nous. Je peux partir l’esprit tranquille en allant au travail. Parfois, on a des rechutes, mais ça reste rare et grâce à Furbo, je suis vraiment plus sereine. Je sais si Bodza aboie ou non et je peux agir en conséquence.

Je sais aussi que Bodza peut rester à l’appartement quand je m’absente, mais uniquement si Snow est avec elle. Ma Furbo m’a aussi permis de constater cela et j’ai donc pu mettre en place un programme d’entrainement pour l’habituer à être vraiment seul. On le travaille toujours et ma Furbo m’aide beaucoup pendant les entrainements, car je peux garder un œil constant sur elle et renforcer au bon moment. On avance donc doucement, mais sûrement.

Je me sers aussi de la Furbo avec Snow, pour travailler son côté obsessionnel avec la nourriture. Je peux planifier des séances, laisser trainer de la nourriture volontairement, l’observer facilement quand je change de pièces et intervenir en conséquence.

Bref, Furbo m’aide au quotidien, à la fois pour me permettre d’être plus sereine quand je dois m’absenter et que je ne peux pas emmener les louloutes avec moi, mais aussi dans la mise en place de certains apprentissages.

Ne manquez pas notre nouvel ebook "Introduction au clicker Training" 🙂

 

Pas de commentaire

Poster Un Commentaire